MG Club de France - Registre T

La série T marque une véritable transition entre l’époque des constructions en petites séries, et l’ère de l’automobile industrielle.

La série T, et en particulier les TC, TD et TF, seront aussi les premiers modèles à être exportés en nombre vers les USA, justifiant la devise des dirigeants de MG « exporter ou mourir ».



Vous trouverez ci-dessous des articles décrivant les modèles TA à TF. Si vous êtes possesseur d'une série T, contactez Joël Fleury, notre responsable de registre en lui envoyant par email une photo et le n° de chassis et moteur de votre voiture.

 

Une superbe TA du Club , du ch'Nord, et qui voyage de partout avec son pilote et mécanicien émérite !En 1935, W.R. Morris, devenu Lord Nuffield,  restructure une nouvelle fois les usines de son groupe et l’usine MG  est placée sous l’autorité d’un nouveau  directeur de Morris Motors. Les modèles engagés directement par MG en compétition  sont interdits, et la rationalisation des gammes conduit à la suppression de la fabrication des Magna et Magnettes 6 cylindres.

Les Midget à 4 cylindres à arbre à came en tête sont profondément remaniées, et laissent la place six mois plus tard à la fabrication d’une voiture reprenant les dimensions des châssis des 6 cylindres F , L et K3, et utilisant des pièces communes à d’autres modèles du groupe.

 

     

Superbe TC du club, cliquez pour voir en plus grandAvec le retour à la paix en 1945, MG souhaite relancer la production de voitures à Abingdon mais les temps ont changé : Un nouveau gouvernement est en place dans le pays ravagé par la guerre; les moyens sont faibles et les approvisionnements en matières premières sont très contrôlés.toute une paperasserie administrative ralentit l’effort de production.

Néanmoins, le marché de la voiture est en forte demande et le gouvernement britannique pousse les entreprises à chercher des devises à  l’exportation : « Export or die » Exporter ou mourir  est la seule alternative pour MG.

Les modèles TA et TB, très appréciés par les GI’s stationnés en Grande Bretagne durant la guerre, les efforts de publicité de Cécil Kimber pendant la guerre, et la volonté de retourner à une vie de paix avec le plus vite possible des courses automobiles poussent MG à relancer la production des Midget. Seulement 5 semaines après la fin des conflits armés.

Midget TB

La production de TA s’achève en Juin 1939 et MG annonce en Avril de la même année la sortie de la version TB de la Midget.

Elle est fabriquée à partir du châssis TB0251 moteur XPAG 501 et les premières séries sortent de « la chaine »  avec TB0254, XPAG504 le 1er Mai et les carrosseries proposées sur  la TA : roadster deux places  pour 319 exemplaires ou le  cabriolet Tickford pour 60 exemplaires.

MG introduit le nouveau bloc moteur en service chez Morris, et remplace le moteur MPJG et l’ embrayage à bain d’huile de la TA par le moteur XPAG de la Morris 10, avec embrayage monodisque à sec et vilebrequin équilibré.

Ce moteur précurseur pour un modèle d’avant-guerre va connaître une carrière prometteuse durant 15 ans en équipant les Midget suivantes et servira de base à de nombreux préparateurs, ou constructeurs en herbe, comme Colin Chapman sur la Lotus Mk VI ou TVR sur au moins deux modèles…

La carrière de la MG Midget TB s’achève officiellement en Août 1939, La dernière TB 0629 XPAG 882 sort des chaines le 20 Octobre 1939.L’usine continuera à vendre ses stocks de TA et TB jusqu’en décembre 1939.

Durant 5 années, l’usine produira des canons, des chars, des cockpits d’avions et autres munitions. Et l’usine restaurera des avions endommagés aux combats. De ces années sombres, l’expérience des normes aéronautiques sera indéniable sur la fiabilité des autos MG.

La fabrication des Midget reprendra en 1945, cinq semaines après la fin des hostilités, ce qui représente un exploit sur le plan industriel, avec la TC, modèle proche de la TB, à telle enseigne que la photo du catalogue de la TC illustre CJB59, une TB maquillée et transformée en TC pour la circonstance.

 

Variantes :

Comme la TA la TB est disponible en décapotable 2 places et en version Coupé Tickford.
Une rare et connue version de carrosserie spéciale a été construite par Monaco Motors Engeneering appartient à un membre du club, en Suisse, qui la fait courir pour le plus grand plaisir de tous.

Le prix proposé est de 225 £ pour le roadster et  270 £ pour le « Tickford »

 

Midget TDEn novembre 1949, MG annonce la mise en production de la remplaçante de la Midget TC.

Dans la lignée des roadsters typiquement anglais, la TD sera remodelée afin d’apporter plus de confort à des nouveaux clients toujours plus exigeants.

C’est sur un nouveau châssis, développé à partir de celui de la berline Type Y que MG monte le moteur XPAG de la TC. La TD inaugure une nouvelle suspension avant à roues indépendantes, composée de deux triangles et ressorts hélicoïdaux, au lieu des ressorts à lames.

Des roues tôles remplacent les roues fils, une première sur une MG, ainsi que des pare-chocs, montés pour la première fois sur la Midget TD. C’est également l’abandon de la direction à boitier au profit d’une direction à crémaillère.

Autre innovation pour répondre à la demande du marché US, la conduite à gauche est proposée pour la première fois sur une MG.

Comme sa devancière en son temps, la TD s’avère un succès commercial dès son lancement et permet d’augmenter sensiblement les ventes de MG, en particulier vers les USA.

En fin 1952, les ventes de TD commencent à décroître, mais déjà une voiture construite sur une base de châssis de TD codée EX 175 (la future MGA) est en projet pour la remplacer. La fin de la production de la TD s’achèvera en Août 1953 sur un total de 29915 exemplaires.

Entre-temps, MG entre dans la British Motor Corporation, et ses dirigeants on rejeté le lancement du projet EX175.

Les lignes vieillissantes de la TD seront remodelées pour donner naissance à la Midget TF.


Variantes :

La TD Arnolt construite en 102 exemplaires est un joli coupé dessiné par le styliste Bertone, dont peu d’exemplaires ont malheureusement survécu.