Superbe TC du club, cliquez pour voir en plus grandAvec le retour à la paix en 1945, MG souhaite relancer la production de voitures à Abingdon mais les temps ont changé : Un nouveau gouvernement est en place dans le pays ravagé par la guerre; les moyens sont faibles et les approvisionnements en matières premières sont très contrôlés.toute une paperasserie administrative ralentit l’effort de production.

Néanmoins, le marché de la voiture est en forte demande et le gouvernement britannique pousse les entreprises à chercher des devises à  l’exportation : « Export or die » Exporter ou mourir  est la seule alternative pour MG.

Les modèles TA et TB, très appréciés par les GI’s stationnés en Grande Bretagne durant la guerre, les efforts de publicité de Cécil Kimber pendant la guerre, et la volonté de retourner à une vie de paix avec le plus vite possible des courses automobiles poussent MG à relancer la production des Midget. Seulement 5 semaines après la fin des conflits armés.

 La TC, ou plutôt la « post war TB » est commercialisée pour un prix de 375 livres, et sera largement appréciée par les adeptes du sport automobile.

Elle est l’icône de la voiture de sport aux USA et mérite largement le slogan de la marque « The car América loved first ». Elle ne sera remplacée dans son statut de symbole de « l’auto de sport » que le 22 Octobre 1948 avec la présentation de la Jaguar XK 120 au salon d’Earl Courts. (Il y eut 381 voitures Jaguar XK120 produites en présérie alu et si recherchée contre 379 MG TB…)

Mais l’ergonomie fonctionnelle n’était pas au rendez vous dans la Jaguar. L’accident de moto de Cecil Kimber, la taille identique (1,90 m) de Georges Eyston et de Goldie Gardner, (des daddy’s long legs : Papas longues jambes…) les deux pilotes d’essais successifs de la marque, ainsi que les travaux de la médecine ergonomiste appliquée à l’automobile dès 1920 dans le groupe Morris expliquent cette position de conduite qui semble si naturelle et se révèle très confortable à l’usage dans toutes les MG, avantage que ne possède aucune autre marque contemporaine rivale.

10001 TC seront produites du 17 Septembre 1945 au 20 Octobre 1949 dont  2000 exemplaires seront exportées aux USA. Conséquence du plan Marshall pour éviter de reproduire les erreurs de 1918, il fallait vendre deux Volkswagen aux USA pour avoir le droit de vendre une MG TC. Autant dire qu’entre la « concurrence Marshall » et le plan de rationalisation de matières premières, la firme MG a été freinée dans son élan.
Cependant les 3013 TA, 379 TB et 10001TC représentent presqu’autant de voitures produites que l’ensemble des autres modèles construits avant guerre.

La TC en compétition :
Depuis le projet EX 120 qui permit à Reg Jackson de battre le record de vitesse de 200 km/h à Montlhéry, MG n’a cessé de courir après de nouveaux records.

A une époque où l’indice d’octane ne dépassait que rarement 60, il n’était pas aisé de produire des moteurs à haut rendement. L’usine proposa toujours différents stades de préparation pour passer la puissance initiale de 54 CV à plus de 100 CV avec adjonction d’un compresseur. En 2008, Georges Edney a gagné au Grand Prix des Remparts à Angoulême avec une TB-TC à carburateurs sortant 160 CV, dans des temps similaires aux Bugatti et Alfa Roméo de cylindrées bien supérieures alimentées au méthanol et compressées…

En 1949 et 1950, Georges Phillips est engagé aux 24h du Mans au volant d’une TC Spéciale.
Plusieurs TC seront engagés par le MG Car Club dans différentes courses de Trials.
Sans aucun soutien, 2 enthousiastes Briggs Cunningham et Phil Hill, vont montrer avec leur TC que l’on pouvait aborder le sport automobile sans grands moyens financiers.

Deux champions du monde ont commencé leur carrière au volant d’une TC : Phil Hill et Denny Hulme. On peut également citer Caroll Shelby, qui commencera à courir avec une TC.

Quant à James Dean, il en possèdera une d’occasion et la détestera car il cassait ses arbres de roues trop souvent. Dès qu’il eut un peu plus d’argent il passa à Porsche, mais là, c’est toute la  voiture qu’il a cassée… mécanicien compris. Ce devait dû au pilote et non à l’auto…. L’acteur Clark Gable pour sa part apprécia davantage la sienne. Ainsi qu’un jeune Prince du nom de Philip qui venait chercher sa fiancée en MG TC sous le regard inquiet de sa future belle mère, en effet Elisabeth Windsor était destinée aux plus hautes fonctions de son pays...
Pour paraphraser Winston Churchill :
« Jamais une voiture de sport n’a tant fait pour son pays ».


 

 

Caractéristiques techniques TC

 

Moteur

4 cylindres en ligne à culbuteurs

Bloc origine

XPAG

Cylindrée

1250 cm3

Carburateurs

2 SU  H2

Compresseur

Non

Puissance

54 ch à 5500 t/min

Alésage/course

66.5 X 90 mm

Taux de compression

7,3

 

 

 

1,0/1,42/2,20/3,715

Vitesses

4 dont 3 synchronisées

Rapports de boîte

1,0/1,35/1,95/3,38

Rapport de pont

5,125

Empattement

2388 mm

Suspension avant

Lames de ressorts

Freins av/ar

Hydraulique/tambours

Suspension arrière

Lames de ressorts

Voies av/ar

1142 mm

Roues

 Roue à rayons, moyeu Rudge

Pneus

19" X 4,5"

Longueur

 3543 mm

Largeur

1422 mm

Capacité réservoir

60,75 Litres (13 1/2 Gallons)

Poids

1625 lb ( 737 Kgs)

Châssis

Longerons en U

Vitesse maximum

87 mph ( 140 KM/H)

                                    Nombre d'exemplaires produits

Modèles

Total de la production

TC DU MGCF
recensées

TC recensées
 hors MGCF

2 seat open

10001

14

6

 

dates

N° châssis

N° moteur

Début de Production

Novembre 1945

TC 0251

XPAG/TC/ 883

Fin de production

Décembre 1949

TC 10252

XPAG/TC/ 10835

       -