Imprimer

Une invitation à musarder au soleil sur les petites routes de l’Eure, antichambre de la Normandie. A Bailly, premier RdV, cinq MG B font leur apparition, ce seront, bien involontairement, les seules vraies MG de la journée. Les autres autos, deux Porsche 944, ou à défaut de merles on mange des grives. Ce ne seront pas les seules essssstrangèèères de la journée. Le premier groupe constitué, cap sur la N 12, puis Houdan, passage devant le magasin de Betaset, pour rejoindre, via des petites routes sinueuses à souhait, quasi désertes, le château d’Anet, second RdV de la journée.

Bien caché, sur un parking ombragé, à deux pas de la demeure de Diane de Poitiers, nous accueillons Franck Barbiéri et sa famille, Lotus Elise, Cox, Fiat 500 (moderne hélas ! Mais justifiée) plus une bitza : une NG sur base MG, pour le traditionnel « café croissant capot ». En invitée de passage, un cabriolet Facel Véga FV III, fait son entrée, piloté par mon Ami et Collègue Administrateur FFVE, Etienne Anglade, venu nous saluer en voisin.

 

 

 

 

 

 

 

 

Après ce café croissant légèrement roboratif, nous repartons vers le but de la matinée, Conche en Ouche, ou nous attend un autre Ami Didier Guérard, propriétaire et chef de cuisine de l’Hôtel de Normandie. Place aux joies de la table, sous l’œil complice de Didier et de son épouse, lieu de délices ou les conversations vont bon train.

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme toujours, vient l’instant de rompre cet intermède épicurien, et de reprendre le volant, direction Damville ou nous attendent d’autres gourmandises, au Chocolatrium de Michel Cluizel. Durant la présentation filmée, nous avons pu constater que les plaisirs de la table avaient parfois des conséquences inattendues sur la concentration des spectateurs.

Que dire de cette visite, si ce n’est qu’à chaque étape de l’élaboration de cette merveilleuse gâterie une petite dégustation était proposée par une charmante hôtesse, qui eu à supporter, parfois les piques  humoristiques de nos Ami(e)s.

A l’issue de la visite, grande tradition ; passage par la boutique, où chacun, suivant l’expression consacrée, a pu faire chauffer sa Carte Bleue.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après toutes ces agapes, vint l’heure de la séparation, toujours un instant d’émotion, après un bon moment de convivialité. 

Après les aux revoir, un groupe pris la direction de la route de droite pour regagner leur résidence, les autres, la route de gauche, pour se rendre chez Franck Barbiéri. Franck, nous avait concocté jolie petit parcours bucolique à souhait à travers les campagnes de l’Orne pour rejoindre dans son nouveau havre de Ceton.

Pour la soirée de Ceton, je laisserais volontiers la suite de la narration à mon Ami Franck. Si Franck est un hôte de qualité, n’oublions pas de saluer, et remercier, Marie-Noëlle, sa compagne qui sut se montrer, à cette occasion, une parfaite hôtesse.

Jean-Paul Le Buzith