Imprimer

C’est par un temps bien maussade que 24 équipages se sont donnés rendez-vous, le jeudi après- midi à St Jean de Luz. Un joyeux échantillonnage de MG, où les B étaient aussi nombreuses que les « Modernes ».
Tout ce petit monde s’est donc retrouvé à l’hôtel Donibane où nous étions censés profiter de la piscine. Bernard n’avait pas prévu que c’était aussi mouillé à l’extérieur qu’à l’intérieur de la dite piscine….Moralité, c’est au bar que cela s’est passé.
Vendredi 15, 9 heures précises, le convoi s’ébranle. Quelques MGistes audacieux sont partis avec leur MGA complètement décapotée, sans savoir que leurs autos allaient très vite se transformer en baignoire, vu ce qu’il tombait. Mais courageux jusqu’au bout……Bravo Annie et Jean-Jacques.


Direction OLITE en Espagne, via les cols embrumés de ST Ignace et d’Ispeguy, tout en traversant le très joli village d’AINHOA et non sans avoir fait une halte dans une benta au passage de la frontière Franco-Espagnole, pour y effectuer un ravitaillement. Cette halte s’est avérée très utile pour les « apéros » à venir. Christiane et Bernard avaient prévu la très jolie terrasse du restaurant « JUANTORENA », pour le déjeuner……Mais…..ce fut l’intérieur qui a finalement été retenu…..


Heureusement, notre arrivée à OLITE s’est effectuée sous un timide soleil qui vint nous saluer. Hôtel de rêve, digne des rois de Navarre. Normal, puisque les rois de Navarre y séjournèrent jusqu’en 1512. (À vrai dire, le « Paradore » a été quelque peu aménagé depuis, pour le confort de ses clients contemporains).


Nos MG trônant sur la place « Carlos III », nous partîmes à l’assaut de la cité médiévale. Hélas, sur le parking, une XJS manquait. La jaguar de Jean–Daniel et Magalie a fait son caprice et refusa de redémarrer.

Le drôle de l’histoire, c’est qu’ils étaient venus avec cette voiture car leur MG Midget avait eu les mêmes symptômes pour se rendre à St Jean de Luz…..Je pense qu’ils se souviendront longtemps de leur première sortie avec le MGCF. Heureusement,  ils ont malgré tout suivi le reste du périple et visité avec nous cet ensemble très hétéroclite, mais très intéressant.


Samedi matin, grand beau, et départ à 9 h sonnant. Aucun retardataire, en un mot : parfait, pour la plus grande satisfaction de Bernard. Le convoi se dirige vers UJUE et ses façades du moyen âge. Dans son église, nous dûmes céder la place à une procession de pèlerins tout de noir vêtus et repartir en direction du monastère d’OLIVIA.


Deuxième coup du sort ce jour, car la maladie préférée des « modernes, et en particulier, celle de Brigitte et José (une MG TF) s’est déclarée : le joint de culasse….C’est André qui a pris en remorque, avec sa « moderne » (une MG TF VR) la récalcitrante. Il faut dire qu’André en est à son quatrième joint, mais que ce dernier est le modèle renforcé…..Alors….


Le petit « en-cas » après la visite du monastère fut très apprécié, avant d’arriver chez HERNANI où la pause déjeuner était prévue avant de se lancer dans le désert, tout de suite après le dessert.
Au Sud Est  de la Navarre, le désert des Bardenas Reales…..Plus que surprenant… C’était la première fois que nous nous retrouvions dans un désert où l’on pouvait apercevoir des champs de blé (eh oui) et des étendues d’eau…. (eh encore oui….). La grande pluviosité de la saison a permis cette curiosité, mais pour le reste, c’est vraiment un désert.


Après cette visite très ventée et très poussiéreuse, nos véhicules furent très heureux de retrouver la place Carlos III, bien que notre groupe ait parcouru le désert en….Bus !!!! Certains ont craint l’attaque de la diligence (…non, du Bus) ; vu la poussière soulevée par notre seul véhicule, difficile aux 22 autres restant d’y passer à la queue leu leu…..


Le dimanche matin, c’est  sous un soleil radieux que l’on a pu découvrir la ville de Sol Del Rey Catolico, où naquit FERDINAND II, roi d’Aragon, plus connu sous le nom de Ferdinand Le Catholique.
Là encore, cette visite éprouvante pour nos organismes fut agrémentée d’un apéritif sur la pelouse du restaurant. Sangria, Ricard et Anisette (à cause d’une panne de Ricard) firent allégrement descendre les « saucissonades » prévues par nos organisateurs très organisés. Une promenade digestive a permis à certains d’admirer les gorges naturelles de Faz de Lumbier, pendant que d’autres faisaient …la sieste (nous avons convenu de ne pas donner de noms).

 

 

 


Comme il fallait songer à rentrer, nous reprîmes la route direction Oloron Sainte Marie, en escaladant le Puerte de Lanau ( 1573 m), très venté mais très ensoleillé, tout en poursuivant par le col d’Enomondi ( 1326 m) qui lui était dans la grisaille ! Contraste saisissant.
Détail surprenant, l’état des routes, dès le passage de la frontière…..À croire que les hivers pyrénéens côté français sont plus rigoureux que du côté espagnol !!


Cerise sur le gâteau, quelques-uns d’entre nous ont eu le grand bonheur de se faire plaisir sur le circuit de PAU ARNOS…..Que du bonheur !


C’est donc à l’hôtel d’Oloron, après le dernier dîner en commun, que chacun fit ses adieux en promettant de se revoir. Que dire de tout ce séjour, si ce n’est que tout y était : ambiance, beauté du parcours, qualité des visites et des réceptions.

 

 

Un grand MERCI à Christiane et Bernard pour ces superbes moments passés ensemble en EUSKADI, sans oublier Eusebio, qui facilita bien des choses par sa maitrise parfaite de la langue espagnole.


Une seule ombre……Il n’y aura pas de 4ème EUSKADI en 2016, EVENT oblige, mais rendez-vous est pris pour 2017…..N’est-ce pas Bernard ??

Claude Chegnion